Nous avons à partager le merveilleux article publié dans Scuttlebutt voile nouvelles cette semaine.  

Voici une photo de Sarah en compétition à CORK l’été dernier pris par Sailing Shot.

Sarah Douglas: poursuivre la montée

Publié dans Scuttlebutt voile nouvelles sur janvier 24th, 2019

https://www.sailingscuttlebutt.com/2019/01/24/Sarah-Douglas-Continuing-Climb/

Maintenant âgé de 25 ans, Sarah Douglas fait du bruit comme elle travaille vers les Jeux olympiques de Tokyo 2020. En naviguant au laser radial, elle vient de terminer deuxième au laser US Nationals qui l’a qualifiée pour concourir aux Jeux panaméricains 2019. L’éditeur de Scuttlebutt Craig Leweck a vérifié avec Sarah pour une mise à jour.

On ne se connaît pas, mais on a l’air en photo.

Je suis six pieds de haut. C’est de famille. Alors que ma mère est de 5 ‘ 5 « , mon père est de 6 ‘ 4 » et mon frère est de 6 ‘ 3 « . Alors oui, je suis très grand.

J’ai entendu dire que vous étiez originaire de la Barbade?

Oui, j’y ai vécu jusqu’à 14 ans, puis j’ai déménagé au Canada pour le lycée. J’avais l’habitude de concourir pour la Barbade et les pays commutés en 2008, à la fois mon frère et moi, qui est quand j’ai commencé à naviguer le radial.

Sarah Douglass

Et 11 ans plus tard, vous êtes maintenant de classe mondiale. C’était une ascension régulière?

En quelque sorte. Je faisais très bien dans les courses de jeunes, mais il est arrivé à un point où ce n’était pas amusant plus, alors j’ai tourné mon attention au volley-ball. Pendant deux ans, j’ai cessé de compétition et de formation, mais je suis resté en contact avec les optimistes et la voile pour le plaisir.

De temps à autre, je ferais une régate, comme CORK, et malgré mon approche, je faisais encore bien et un été qualifié comme un suppléant pour les jeux d’été du Canada, qui est un événement multisports qui est une grosse affaire au Canada.

Avant les jeux, dans un camp de week-end où tous les sports se sont réunis, l’expérience a été très inspirant avec beaucoup de liens d’équipe et la motivation des présentations par les Olympiens passés. L’une d’elles était Rosie MacLennan, qui venait de remporter une médaille d’or dans le trampoline, et elle parlait de son expérience olympique et de ce que la médaille signifiait pour elle.

J’étais assise là, pensant à moi-même: «qu’est-ce que je fais? Pourquoi ne suis-je pas essayer d’obtenir une médaille? Je profitais de la voile à ce moment-là, et dès lors j’ai commencé à m’entraîner à nouveau. J’ai rencontré les deux entraîneurs provinciaux, et ils ont pensé que je pourrais faire l’équipe nationale l’année prochaine, et avoir une chance pour les prochains Jeux olympiques.

C’était probablement 2014, et alors qu’il semblait comme un Longshot, leur confiance m’a inspiré. J’ai eu du sérieux au sujet de ma formation, en mettant 10 kilos de muscle. Je me suis présenté pour la Coupe du monde de Miami, mais a ensuite eu une ventilation dans laquelle j’ai raté les trois courses un jour qui a soufflé ma chance d’obtenir un soutien solide du Canada.

C’était plutôt déchirant, mais je me suis repris, et en dépit de ne pas obtenir le financement, j’ai été en mesure de s’entraîner avec l’équipe nationale qui a été un grand pas pour moi. Je n’ai jamais vraiment considéré comme l’une des meilleures filles au Canada, mais j’essayais d’apprendre autant que je pouvais et j’ai fini par progresser beaucoup.

Le dernier qualificatif pour les Jeux olympiques de Rio a été le 2016 Championnats du monde, et j’ai fini par 21e et deuxième canadien. C’était mon premier Championnat du monde, donc j’étais vraiment content de ça. Ainsi, alors que je n’allais pas aux jeux 2016, j’ai regardé ce Quad actuel comme ma chance d’être non seulement le meilleur canadien dans le pays, mais le top dans le monde.

Donc les gens autour de vous vous ont aidé à voir votre potentiel?

Oui. Absolument.

L’année dernière a été énorme car vous étiez en mesure de remporter le Championnat du monde 2018. Comment est la vue depuis le sommet de la montagne?

Ça fait du bien. Chaque année, je crois que j’ai fait un grand saut. J’ai été 21e à mon premier Championnat du monde en 2016, je suis venu 12e en 2017 et puis est venu en 6e en 2018 après une erreur recrue dans la course de médailles. Alors oui, je suis vraiment heureux d’être là où je suis aujourd’hui et de continuer le travail. Mon coach et moi sommes très enthousiastes à l’endroit où je suis et au potentiel de faire la prochaine étape sur le podium. C’est le prochain but.

Ton frère Greg avait déjà fait campagne dans le Finn. Qu’avez-vous gagné de son expérience que vous avez essayé d’appliquer à votre campagne?

C’était vraiment cool de voir Greg concourir, et de voyager, et d’apprendre sur les coulisses des choses. Ma famille est très impliquée dans mon programme. Je vais constamment à mon frère et mes parents pour obtenir des conseils sur la budgétisation ou la voile, et ils sont très bien une partie de mon derrière les coulisses, ainsi. Mais pour voir Greg en compétition et faire ce qu’il aime, et voyager partout dans le monde, et ce qu’il faisait dans son programme. Il était très, très en forme quand il naviguait le Finn, et qui m’a inspiré pour essayer d’être l’un des plus aptes ainsi. C’est quelque chose que vous pouvez contrôler. . C’est vraiment cool de l’avoir vu et maintenant d’avoir son soutien.

Que signifie 2019 pour vous?

Cette année sera incroyablement occupée pour moi. J’ai beaucoup de formation planifiée, et puis j’ai beaucoup de compétitions, ainsi. Je suis juste vraiment à la recherche de plus de temps dans l’eau, des sessions de haute qualité, des partenaires de formation de haute qualité, et le Championnat du monde 2019. C’est mon événement principal. C’est ce sur quoi je me concentre. C’est là que se trouve toute mon énergie, mais j’ai aussi hâte de représenter le Canada aux Jeux panaméricains de 2019. Mais je dois toujours garder mon oeil sur Tokyo 2020 donc il y aura beaucoup de temps de formation au Japon. Je suis vraiment impatient de cette année qui commence tous à la Coupe du monde de Miami Series.